top of page

Laurent Tapie, le défi entrepreneurial né d'une passion de jeunesse


Qui ne connaît le père ? Qui connaît le fils ? Laurent Tapie est bien mesuré à cet égard. S’il a appris une chose c’est qu’il fallait se méfier de la célébrité et des médias. Il faut dire qu’il se rappelle plus les vingt-huit ans d’acharnement médiatique contre son père, son héros, que des années où ces mêmes médias avaient mis en lumière un Bernard Tapie plus flamboyant que jamais. De ce père aux mille passions, il en a hérité principalement deux : la passion pour les voitures de course et l’audace entrepreneuriale. Avec son rachat de Delage, la marque mythique des voitures de luxe, il va fusionner ses deux passions sans pour autant oublier de rendre hommage à ce père qu’il a tant chéri, de qui il a tout appris et qu’il a accompagné jusqu’à son dernier souffle à son chevet.

Dès le premier contact, on se rend compte des deux passions que Laurent Tapie a dû partager intensément avec son père, l’homme d’affaires aux mille passions. Les voitures de course et le besoin d’entreprendre pour tracer sa propre voie. Mais il n’y a pas que les passions que Laurent Tapie a en commun avec son père. Il a également cette allure de playboy de Bernard Tapie à son âge, mais aussi et surtout des traits de caractère qui ne trompent pas. Comme son père, Laurent est aussi humain et empathique que rentre-dedans. Il ne supporte pas l’injustice et il n’hésite pas à s’insurger dans les médias. On se rappelle encore l’épisode où il a fait une intervention téléphonique fracassante sur le plateau de Cnews pour démonter les propos d’un journaliste qui s’est montré irrespectueux en parlant de son père quelques heures à peine après l’annonce de son décès. Son coup de gueule a été direct et sans ambages ; « Pendant 28 ans, les médias ont dit beaucoup de bêtises sur mon père… votre collègue, au milieu des hommages qui lui sont faits, n’a pas pu s’empêcher de dire, ah oui, il y a aussi le Bernard Tapie qui licencie. Est-ce qu’un jour, vous allez comprendre, après 28 ans, que les entreprises qu’il rachetait étaient mortes... Quand il reprenait une boîte de 1000 personnes et que 300 postes étaient supprimés, c’était 700 qui étaient sauvés… quand un chirurgien vous coupe une jambe, on ne va pas s’attarder sur la jambe coupée, il vous sauve la vie ! C’est ça qu’il faut que vous compreniez une bonne fois pour toutes ». On aurait cru entendre Bernard Tapie lui-même. Même intonation, même énergie, mêmes propos sans détour ni langue de bois. De là-haut, Bernard Tapie devait être, à coup sûr, fier de son fils.


Autant Bernard Tapie était un touche-à-tout, de l’industrie à la distribution en passant par les médias, le chant, le théâtre, le cinéma, le sport et la politique, autant son fils est plutôt du genre à se focaliser sur une activité centrale pour la réussir et la mener à la perfection.

Mais là où les trajectoires divergent c’est au niveau des choix de parcours professionnels. Autant Bernard Tapie était un touche-à-tout, de l’industrie à la distribution en passant par les médias, le chant, le théâtre, le cinéma, le sport et la politique, autant son fils est plutôt du genre à se focaliser sur une activité centrale pour la mener à bien et la réussir en visant la perfection. Une perfection qu’il compte incarner avec Delage, entreprise française dont il a déterré la marque pour en faire un concentré de technologies et un fleuron de l’industrie automobile haut de gamme. Absorbé, depuis quelques années déjà, par l’innovation industrielle, Laurent Tapie ambitionne de créer des modèles de voiture de course dont la France pourrait s’enorgueillir. Autant dire qu’il n’a pas choisi la voie de la facilité. Son aventure entrepreneuriale comporte autant de risques que d’opportunités pour faire de Delage un acteur mondial de l’industrie automobile de luxe. Un comportement qui n’est pas sans rappeler celui de son père qui consiste à mettre toujours la barre très haut. Mais quand on y pense, on peut se dire que le jeu en vaut la chandelle car, au bout de l’aventure, Laurent Tapie serait pour Delage ce que représente un Elon Musk pour Tesla.


Comment Laurent Tapie compte-t-il honorer la mémoire de son père et rétablir la vérité face à ses détracteurs ? Quel est son projet entrepreneurial ? Quelles sont ses ambitions ? Découvrez toute l'histoire et l'interview exclusive de Laurent Tapie dans le dossier qui lui est consacré sur Business Story Magazine n°6 du mois de mai 2022.


72 vues
logo-bs-noir.png

Chaque business a son histoire.

Et vous, c'est quoi la vôtre ?

Si vous estimez que votre histoire, celle de votre entreprise ou de votre projet, mérite d'être connue, contactez-nous pour en parler.

bottom of page